Les éditions du XVIe siècle dans la collection de François-Louis Jamet (1710-1778)

 

Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, 8-LB35-479.

En 1824, lors de la vente de la bibliothèque du libraire et bibliophile Charles Chardin, la Bibliothèque royale fit l’acquisition, par l’intermédiaire du libraire Debure, de quelques manuscrits et incunables. À cet ensemble vinrent s’ajouter deux lots de documents ayant appartenu à un certain François-Louis Jamet. Leur contenu, tel que décrit dans le catalogue de la vente1 , apparaît pour le moins énigmatique : Continuer la lecture de « Les éditions du XVIe siècle dans la collection de François-Louis Jamet (1710-1778) »

  1. Catalogue des livres rares et précieux, de manuscrits, de livres imprimés sur vélin, etc. de la bibliothèque de M. Chardin, Paris, Debure frères, 1823, p. 182 et 190 []

Racine lecteur de Sophocle

 « La lettre de Sophocle à Racine rédigée par Gisèle commençait ainsi : “Mon cher ami, excusez-moi de vous écrire sans avoir l’honneur d’être personnellement connu de vous, mais votre nouvelle tragédie d’Athalie ne montre-t-elle pas que vous avez parfaitement étudié mes modestes ouvrages ?” »

Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, Paris, 1919.

La scène est connue : le jeune Racine, étudiant à Port Royal, voit à deux reprises son exemplaire des Éthiopiques jeté au feu par son maître Lancelot. Il se procure l’ouvrage une troisième fois et l’apprend par cœur : sa destruction matérielle ne lui importe plus1. Vraie ou fausse, cette anecdote nous montre combien Racine s’intéressait à la littérature grecque et maîtrisait cette langue2. Ces exemplaires d’Héliodore ne nous sont de fait pas parvenus. Mais les traces des lectures grecques de Racine demeurent par bonheur nombreuses. Continuer la lecture de « Racine lecteur de Sophocle »

  1. M. Lange, « Racine et le roman d’Héliodore », Revue d’histoire littéraire de la France, 23e année, n° 1 (1916) p. 145 ; en ligne. []
  2. Pour plus de renseignements sur le sujet, voir R. C. Knight, Racine et la Grèce, Paris, 1950. []

Sur les traces de Juan Martinez Población

Dans le premier quart du XVIe siècle, le Quartier Latin abrite une communauté dynamique de maîtres et étudiants ibériques, qui publient  à Paris nombre de travaux sur la théologie, la philosophie naturelle et les mathématiques : Juan Celaya, Pedro Ciruelo, Domingo de Soto, Gaspard Lax, Juan Luis Vives, Juan Martinez Siliceo, sont autant d’auteurs pour lesquels nous disposons aujourd’hui d’éléments biographiques1. Parmi les livres publiés par ces universitaires, apparaît toutefois le nom d’un auteur au sujet duquel  nous ne savons presque rien : Juan Martinez Población, auteur d’un De usu astrolabii compendium publié à Paris dans les années 1510 et de deux autres ouvrages parus dans les années 1530. Des identités très diverses et des parcours à chaque fois différents ont été attribués à Población en marge de travaux sur le monde universitaire parisien du XVIe siècle.  Nous souhaiterions ici proposer une synthèse expliquée de l’ensemble des hypothèses émises au sujet de Población et de chercher autant que possible à préciser son parcours. Continuer la lecture de « Sur les traces de Juan Martinez Población »

  1. Pour une présentation générale des calculatores, cf. Calixto P. Calderon, « The 16th century iberian calculatores », Revista de la Unión Matemática Argentina, 35, 1990, p. 245-258. []

La galée, de la mer à l’atelier : parcours lexical autour du nom du carnet de recherches

Du requin au bateau…

Par analogie avec le mot γαλεός qui en grec classique désigne le requin ou le squale, γαλέα en grec byzantin et galea en latin médiéval sont employés dès le IXe siècle pour nommer la galée, navire « propulsé par des rames et utilisé pour la guerre, le commerce et le transport des pèlerins » (Dictionnaire du Moyen français), « grand bateau, vaisseau, galère, nef » (Godefroy). Continuer la lecture de « La galée, de la mer à l’atelier : parcours lexical autour du nom du carnet de recherches »