Les éditions du XVIe siècle dans la collection de François-Louis Jamet (1710-1778)

 

Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, 8-LB35-479.

En 1824, lors de la vente de la bibliothèque du libraire et bibliophile Charles Chardin, la Bibliothèque royale fit l’acquisition, par l’intermédiaire du libraire Debure, de quelques manuscrits et incunables. À cet ensemble vinrent s’ajouter deux lots de documents ayant appartenu à un certain François-Louis Jamet. Leur contenu, tel que décrit dans le catalogue de la vente1 , apparaît pour le moins énigmatique :

1980. Recueil de pièces pour et contre les Femmes, rassemblé par Jamet, et avec des notes de sa main. 57 vol. in-12. fig. dem. rel.2

2062. Polyanthea, Stromates, ou Miscellanea, ou Chaos. 2 vol. in-4. v. m. Ce recueil est composé de pièces presque toutes manuscrites dont beaucoup sont en vers. Il commence en 1730, et va jusqu’en 1740. Il a appartenu à Jamet3.

Ce fut probablement à la même époque qu’une autre série de recueils de pièces provenant du même bibliophile rejoignit la Bibliothèque4, formant ce que Claude Lebédel a appelé le « fonds Jamet » de la Bibliothèque nationale5. Quelques volumes isolés vinrent le compléter par la suite, au gré des ventes de bibliothèques d’érudits.

L’intérêt porté alors par la Bibliothèque royale aux recueils constitués par Jamet semble anticiper celui que maints bibliophiles lui témoigneront tout au long du XIXe siècle. Parmi ceux-ci, Charles Nodier fait figure de précurseur puisqu’il fit paraître dès 1829 une étude de son exemplaire du Maranzakiniana, annoté par Jamet, dans laquelle il écrit à son propos :

Jamet le jeune […] doit sa célébrité, parmi les amateurs de livres, aux notes dont il aimoit à couvrir les gardes, le frontispice et la marge de ses livres ; ces notes ne sont cependant guère remarquables que par un cynisme peu commun de pensées et d’expressions. […] On ne peut lui refuser toutefois une vaste et curieuse érudition, la plus singulière facilité à saisir des analogies ingénieuses entre des auteurs qui ne présentent aucun rapport apparent, et l’art de deviner les étymologies. Sa bibliothèque étoit d’ailleurs fort peu nombreuse et fort peu soignée, et il n’y a guère qu’une douzaine de volumes, annotés par Jamet, qui puissent prendre place sur les tablettes d’un amateur délicat ; mais ceux-là y figurent honorablement parmi les curiosités les plus piquantes6.

Né à Louvières (Orne) en 1710, François-Louis Jamet étudia au collège du Bois à Caen, avant d’entrer en 1734 comme secrétaire au service d’Antoine-Martin Chaumont de La Galaizière, alors intendant de la généralité de Soissons. Lorsque ce dernier fut nommé en 1737 intendant de Lorraine et chancelier du roi de Pologne Stanislas Leczinski, Jamet le suivit à la cour de Lunéville, où il resta jusqu’au début de 1740. Arrivé à Paris, il logea chez son frère aîné Pierre-Charles Jamet (1701-1781), avant de se marier, à la fin de la même année, à Madeleine Du Pasquier, veuve de Jean-Baptiste Du Pasquier, fermier général de Lorraine. Les seules informations sur sa vie à Paris, de 1740 à sa mort en 1778, nous sont connues, par bribes, grâce aux notes laissées sur ses livres7 .

L’étude approfondie de la bibliothèque de Jamet publiée par Claude Lebédel8 apporte de nombreuses réponses à la manière dont elle fut constituée et beaucoup de renseignements biographiques sur son propriétaire. Le travail que nous avons entrepris d’identification des exemplaires ayant appartenu à Jamet dans les collections de la BnF, ainsi que le réexamen de certaines sources, nous ont permis de compléter les recherches de Claude Lebédel. Au cours de cette étude purement bibliographique, nous avons pu établir une première liste des éditions du XVIe siècle possédées par Jamet (voir ci-après), par un repérage des fragments dispersés dans les différents recueils conservés à la BnF : une quarantaine d’exemplaires ont ainsi pu être identifiés9. Une évaluation de la proportion de ces éditions parmi l’ensemble de ses ouvrages paraît délicate à mener dans l’état actuel de notre enquête : sa bibliothèque n’ayant donné lieu à aucune vente publique, la seule source dont on dispose est l’inventaire après décès décrivant succinctement 61 lots de livres. Claude Lebédel, qui l’a analysé, fait état d’au moins 400 ouvrages, mais estime que sa bibliothèque en aurait compté plus d’un millier, ce que semblent confirmer nos premières investigations. Mais s’il apparaît que les ouvrages du XVIe siècle sont peu représentés dans la bibliothèque de Jamet, les nombreuses citations qu’il en extrait et qui émaillent les marges de ses autres livres montrent une lecture suivie, mettant en regard les grands débats de cette époque et ceux de son propre temps.

Nous présentons ci-après quelques-uns de ses livres édités au XVIe siècle : la manière dont ils ont rejoint sa bibliothèque, connue le plus souvent grâce aux nombreuses notes que le bibliophile y a laissées, constituera un fil conducteur permettant d’esquisser les liens unissant Jamet à ses amis donateurs, et d’apporter ainsi un éclairage sur l’influence des auteurs du XVIe siècle sur les milieux érudits qu’il a fréquentés.

« Helluo librorum »

C’est sans doute son frère aîné qui, le premier, forma le goût de son cadet pour les auteurs du XVIe siècle, puisqu’il participa à la nouvelle édition des Œuvres de Rabelais que fit paraître Jacob Le Duchat en 1732. On peut imaginer que c’est sous son influence que François-Louis fit l’acquisition dès 1733 d’un exemplaire de l’édition d’Anvers [Lyon] de 1579 des Œuvres du « Curé de Meudon », comme il se plaît à le nommer.

Ill. 1. – Rabelais (François), Les Oeuvres de M. François Rabelais docteur en medecine, Anvers, François Nierg [Lyon], 1579. – BnF, Réserve des livres rares, RES-Y2-2182, page 1178 : « Ach. le mercredi 25 mars 1733 à Paris. Relié par Gaudreau Relieur de la Reine [ce ?] samedi 11 avril 1733. Mis la plûpart des notes ms en 1749. Fait metre le fermoir le 8 aout 1750. »

Tout au long de sa vie, et jusque dans ses dernières années, Jamet chercha à se procurer des ouvrages du XVIe siècle, tel Le livre de la discipline d’amour divine (1519) qu’il acheta à la fin de 177610. Il prêta aussitôt ce « curieux et rare bouquin » à Barthélemy Mercier de Saint-Léger (1734-1799), qui avait été bibliothécaire de Sainte-Geneviève (1760-1772). Un des feuillets de garde porte les annotations des deux amis.

Ill. 2. – Le livre de la discipline d’amour divine, Paris, Regnault Chaudière, 1519. – BnF, Réserve des livres rares, D-42239, feuillet de garde : « Une femmelette bouquiniste, assez aimable, un peu knopie [?] janséniste et fort anti-cordicole : étalant au carrefour Bussi, me l’a vendu 3 lt le 31 octobre 1776. J’en ai refusé 9 lt avant que je l’usse [?] restauré ».

Au verso du même feuillet figure une note de Mercier de Saint-Léger :

Antoine du Verdier dans sa Bibliothèque françoise Tom. 1, pag. 478 et 479, cite une edition de ce livre mystique, faite à Paris par Simon de Colines et Vinc. Sertenas, en 1538, in 8° ; et il en donne même un fragment, sans avertir qu’il est tiré du chapitre VIII feuillets 95 et 96 de cette edition-ci, qui a été inconnue à ce bibliographe.
Je présume que dans la réimpression de 1538, on supprima l’Avis sur le tems et le lieu de la composition de l’ouvrage, qui est ici en tête de la Table ; ma raison est que Du Verdier, si cet Avis étoit dans la réimpression qu’il a vue, n’auroit pas manqué de l’insérer dans sa Bibliothèque.

Précisément, les échanges érudits avec Mercier de Saint-Léger renseignent également sur la « quête » d’ouvrages du XVIe siècle qu’entreprirent les deux amis. Ainsi, Jamet inséra-t-il un feuillet au début de son exemplaire comportant un extrait du deuxième tome des Essais de Montaigne, dans l’édition de Christophe Journel de 165911, où il écrit :

(5 fevrier 1777.) Je suplie Monsieur l’ab. de S. Léger d’avoir la complaisance de me donner ci-dessous, une petite notice hist. et critiq. plus détaillée, de ce précieux bouquin12, que je veux faire relier avec l’apologie de Sebonde, ci-jointe : et ce, avec ce laconisme tranchant et lumineux qui coule sans cesse de sa plume dorée : en reconnaissance je lui ramasserai du nanan – chicotin – bouquin du 16e siècle, jusqu’à saciété [sic] : n’est-ce pas trop dire à un helluo librorum ? (22 mars 1777.)

La bibliothèque de Jamet s’enrichit, quoi qu’il en soit, principalement grâce aux nombreux dons que lui firent les savants qu’il côtoya, dont plusieurs membres de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

Livres d’emblèmes et de devises

Le premier d’entre eux qui eut une influence déterminante sur le jeune Jamet fut Antoine Lancelot (1675-1740). Chargé à partir de 1737 de la mission d’inventorier les chartes des duchés de Bar et de Lorraine en vue de leur cession à la France, ce dernier put bénéficier de l’aide de Jamet, alors attaché au service du chancelier de Lorraine, Antoine-Martin Chaumont de La Galaizière. Pour témoignage de son amitié, Lancelot fit don au jeune homme du Livre des prodiges de Jules Obsequens, dans l’édition de Jean de Tournes de 1555 :

Ill. 3. – Obsequens (Julius), Des prodiges, Lyon, 1555. – BnF, Réserve des livres rares, RES-J-2667. Page de titre comportant l’ex-libris de Jamet avec la date « Lunéville 25 7bre 1737 » et la mention d’ex-dono : « m’a été donné par M. Lancelot de l’Acad. roiale des Inscript. et B. L. Inspecteur du college roial de France &c. &c. »

Cet ouvrage marqua sans doute fortement le jeune bibliophile par l’heureuse alliance qu’on y trouve entre les illustrations gravées sur bois et le texte. Il en est de même pour le De omnibus illiberalibus sive mechanicis artibus, publié à Francfort en 1574, et richement illustré par Jost Amman : Jamet reçut cet ouvrage du successeur de Lancelot à l’Académie des Inscriptions, l’abbé Jean Lebeuf (1687-1760), qu’il surnomma avec affection le « Pausanias français » :

Ill. 4. – Schopper (Hartmann), Amman (Jost), De omnibus illiberalibus sive mechanicis artibus, Francfort, Georg Rab, 1574. – BnF, Réserve des livres rares, RES-V-3195, f. K8

Jamet a abondamment annoté son exemplaire qui comporte également des notes de Mercier de Saint-Léger à qui il le prêta en 1776. Il a ajouté en regard du feuillet consacrée au « Laternarius » une figure extraite de l’Essai historique… sur les lanternes, par Jean-François Dreux du Radier, ouvrage auquel il collabora, comme le précise la note ajoutée au-dessous de l’illustration :

 J’imaginai cette vignette pour le titre d’un ouvrage de M. Dreux du Radier, auquel j’ai eu quelque part avec M. l’abbé Lebeuf de l’academie des belles lettres et M. Le Camus D. M. P. auteur de la medecine de l’esprit : intitulé :
« Essai historique, critique, philologique, politique, moral, litteraire et galant sur les lanternes, leur origine, leur forme, leur utilité, &c. &c. Par une societé de gens de lettres. À Dole chez Lucnophile 1755 » [c. à d. Paris, Ganeau] in-12. 156 p.
La gravure est de mon bon ami Jean Charles François, lorrain, graveur des dessins du cabinet du Roi et pensionnaire de S. M. […]

Un autre membre de l’Académie des Inscriptions, Nicolas Fréret (1688-1749) lui avait offert quelques années plus tôt un exemplaire du Livret des emblemes de maistre Alciat (Paris, Wechel, 1536), auquel Jamet ajouta à sa bibliothèque deux autres éditions du XVIe siècle, ainsi que d’autres ouvrages d’emblèmes et devises13:

Ill. 5. – Alciat (André), Livret des emblemes de maistre Andre Alciat, Paris, Chrétien Wechel, 1536. -BnF, Réserve des livres rares, RES-Z-2522, f. C1v.

L’emblème est ici encadré d’une citation tirée de l’ouvrage Le triomphe de la religion sous Louis le Grand représenté par des inscriptions et des devises, paru en 1687, dont l’auteur des vers latins est Gabriel-François Le Jay et la traduction en français attribuée à Fontenelle par Jamet. Le poème de 1687 est accompagné, comme dans son modèle, d’une gravure.

La conception formelle singulière du livre d’emblèmes constitua une source d’inspiration essentielle pour Jamet : nombre d’ouvrages de sa bibliothèque sont ainsi enrichis de gravures et figures accompagnées de légendes et de citations tirées de ses lectures. L’interprétation toute personnelle qui résulte de cette nouvelle confrontation entre texte et image confère le plus souvent un tour comique ou satirique aux idées défendues par les auteurs, comme le montre l’exemple qui suit :

Ill. 6. – Boaistuau (Pierre), Bref discours de l’excellence et dignite de l’homme, Lyon, [s. d.]. – BnF, Réserve des livres rares, RES P-R-132, f. 102.
En regard du titre de départ « L’excellence de l’homme », Jamet a inséré un feuillet comportant une vignette représentant un singe, encadrée par une légende et plusieurs citations qui viennent mettre à mal la « dignitas hominis » défendue dans le texte de Boaistuau14 .

Sa seule bibliothèque ne suffisant pas toujours à stimuler sa verve satirique, Jamet eut parfois recourt aux bibliothèques de ses amis. À titre d’exemple, il recopia à deux reprises les textes de deux épigrammes extraites des emblèmes 78 et 93 d’un exemplaire du Theatre des bons engins de Guillaume de La Perrière que lui prêta Dreux du Radier en 1759. À la fin de son exemplaire de Le Temple de l’hymen, paru en 1759 (BnF, RES P-R-82), Jamet fit précéder les textes de La Perrière de la précision suivante : 

Extrait d’un bouquin intitulé : Théâtre des bons engins, auquel sont contenuz cent emblemes : Par Guillaume de La Perriere. Dedié à la royne de Navarre, sœur de François I. Imprimé avec privilege, sans date in-12. (na cette edition est antérieure à celle de 1546. in-16. avec fig. Lyon, de Tournes.

Les même textes sont recopiés dans le volume 25 des « Recueils femmes »15, avec l’ajout suivant :

La Perriere (Guillaume de), Extrait du Théâtre des bons-engins auquel sont contenus cent emblèmes par Guillaume de La Perrière… (édit. ant. à celle de 1546. 16° : 78e et 93e emblèmes). Copié sur un exemplaire que M. Dreux du Radier, auteur de l’Europe-illustrée m’a prêté ce 24 juillet 1759. Paris, impr. D. Janet, 1539. 8°.

Les « sources » historiques

Proche de Jean Mabillon et des mauristes, Antoine Lancelot eut également une part active dans l’initiation de Jamet à la recherche historique. Le très bel exemplaire des Mémoires de Philippe de Commynes, relié aux armes de Henri III, qu’il lui offrit en 1739 est, à notre connaissance, un des très rares exemplaires de bibliophile possédés par Jamet :

Ill. 7. – Commynes (Philippe de), Les memoires de messire Philippe de Commines, chevalier, seigneur d’Argenton, sur les principaux faicts & gestes de Louis onziesme & de Charles huictiesme son fils roys de France, Paris, 1580. – BnF, Réserve des livres rares, RES FOL-LA16-9 (S).

Sur la page de titre, on lit : « don de M. Lancelot de l’académie des belles lettres, inspect. du coll. roial, &c. Nanci 25 mai 1739. » ; et au-dessous : « Ce magnifique exemplaire, dit à la tête-de mort, a appartenu au roi Henri 3, et fut trouvé dans son bahut après son assassinat à S. Cloud, le 2 aout 1589. (la tête-de mort, typ. d’h. 3, est à la reliûre, au dos.)16 ».

À la suite de Lancelot, l’abbé Lebeuf transmit à Jamet son goût pour la collecte de matériaux historiques, incluant une foule de pièces imprimées véhiculant légendes, miracles et hagiographies dont il s’attachait à combattre l’obscurité et l’absurdité. Les pamphlets et autres textes relatifs aux guerres de religion furent particulièrement recherchés par Jamet17. Sans doute l’extrémisme de la Ligue faisait-il écho aux problématiques religieuses qui marquèrent les jeunes années du bibliophile, suite à la révocation de l’Édit de Nantes et la publication de la bulle « Unigenitus » en 171318.

Ill. 8. – Remontrance a tous Estats par laquelle est en brief demontré la foy & innocence des vrays chrestiens, Paris, 1560. – BnF, Réserve des livres rares, RES 8-LD176-7 : « (m’a été donné par M. l’abbé Lebeuf, de l’académie des belles lettres. Paris 18 fevrier 1760. Ce pieux, savant et tolerant ecclesiastique, surnommé le Pausanias français, grand dénicheur de saints &c. mourut le 10 avril de la même année). »

On notera par ailleurs que les poèmes du XVIe siècle choisis par Jamet dans les recueils qu’il a possédés comportent le plus souvent des allusions à des événements historiques ou à des personnalités proches de la Cour. Cette pratique d’une lecture privilégiant le sens « historique » des textes est à rapprocher d’une remarque formulée par son ami Dreux du Radier dans une « Lettre a monsieur Jamet le Jeune, sur Gilles Durant, sieur de La Bergerie »19:

J’applaudis fort, Monsieur, l’usage où vous êtes de joindre aux livres rares que vous rassemblez dans votre cabinet, un abrégé de la vie de l’auteur, et une courte notice sur ses ouvrages ; c’est le moyen de vous faire une histoire littéraire intéressante et curieuse, en puisant à de bonnes sources20.

La poésie et les origines de la langue française

De sa lecture des poètes du XVIe siècle, Jamet retint également l’esprit satirique, et cette particularité n’est pas sans présenter des similitudes avec la sélection des textes opérée par l’éditeur du « Recueil Barbin », dont les cinq volumes furent publiés en 169221. Parmi les poèmes « ludiques » choisis par le bibliophile figure l’ode « Sur la mort d’un petit chien » d’Olivier de Magny (Paris, André Wechel, 1559), accompagnée d’une note inattendue :

Ill. 9. – Magny (Olivier de), Les odes d’Olivier de Magny de Cahors en Quercy, Paris, André Wechel, 1559. – BnF, Littérature et art, 16-YE PIECE-72, (f. 118v-122).

Jamet a jouté un titre manuscrit à cet extrait des Odes de Magny : « Eloge du chien de Joachim du Bellai, par Olivier de Magni. edit. Paris André Wechel, 1559. » et a ajouté à la fin un feuillet où il a copié un extrait du Journal littéraire de juillet-août 1713 :

Sous les regnes des empereurs Lothaire 2 et Conrad 3 (1137-1152) la peine ordonnée dans l’empire pour les perturbateurs du repos public, était pour les princes et les comtes, d’être condamnés à porter un chien sur le dos, d’une comté à l’autre ; les gentilshomes, une escabelle, et les gens du commun, la roue d’une charue […].

Enfin, outre ces « analogies ingénieuses » qui avaient déconcerté Nodier, on relèvera, comme l’avait fait ce dernier, le goût de Jamet pour l’étymologie et l’histoire de la langue française, sans doute stimulé par l’approche critique des textes introduite par Le Duchat. De nombreuses citations extraites du Celt’-hellenisme de Léon Trippault (1580) en témoignent, de même que l’ajout fréquent par Jamet de notes marginales explicatives portant sur un mot ou une expression, comme dans l’exemple suivant, à propos du mot « pendre » :

Ill. 10. – Mathieu (Abel), Devis de la langue francoise, fort exquis et singulier, Paris, Jean de Bordeaux, 1572. – BnF, Réserve des livres rares, RES-X-1985, page 42 : « pendre, c-à-d. dependre : l’honneur d’un galant homme ne pend point du cul d’une putain. Rabelais, liv. 3. ch. 15. »

Les informations glanées grâce aux notes laissées par Jamet sur ses livres permettent ainsi d’esquisser les liens unissant le bibliophile à ses nombreux amis donateurs, à ces érudits qui guidèrent ses lectures et avec lesquels il eut très certainement de nombreux échanges sur ses maîtres à penser, en particulier Montaigne et Rabelais. Malgré la difficulté que présente souvent l’interprétation de ces notes de lecture, elles peuvent contribuer à apporter un témoignage, si ténu soit-il, de l’influence des auteurs du XVIe siècle sur les réseaux du savoir au XVIIIe siècle.

Liste des ouvrages du XVIe siècle de la bibliothèque de Jamet (état au 23 décembre 2021)



Citer ce billet
Marguerite Sablonnière (2021, 23 décembre). Les éditions du XVIe siècle dans la collection de François-Louis Jamet (1710-1778). Vogue la galée. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qpho

  1. Catalogue des livres rares et précieux, de manuscrits, de livres imprimés sur vélin, etc. de la bibliothèque de M. Chardin, Paris, Debure frères, 1823, p. 182 et 190 []
  2. Les 56 volumes qui nous sont parvenus sont actuellement conservés à la BnF sous les cotes RES-Z-3208 à 3263. Chardin avait acquis les recueils de pièces « pour et contre les femmes » lors de la vente de la bibliothèque d’Anisson-Dupéron en 1795, comme l’atteste une note manuscrite sur un exemplaire de cette vente conservé à la BnF sous la cote RES P-Q-721 (1), p. 80. []
  3. Les deux volumes sont conservés au département des Manuscrits de la BnF sous les cotes Français 15362 et 15363. []
  4. Ces recueils, plus ou moins thématiques, qui rassemblaient des textes imprimés (souvent découpés), des gravures, des extraits de journaux et des copies manuscrites, furent dispersés à la fin du XIXe siècle dans différentes séries de cotes. Les pièces sont aujourd’hui principalement conservées à la Réserve des livres rares sous les cotes RES-Z-3206 à 3207, ZZ-3455 à 3627 et 3648 à 3890, et dans les lettrages « RES P-R », « RES P-S », « RES P-V » et « RES P-Z ». []
  5. Lebédel (Claude), « François-Louis Jamet (1710-1778) dit Jamet le jeune : un érudit à la fois célèbre et méconnu », Mélanges de la bibliothèque de la Sorbonne, Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, vol. 13, 1995, p. 39. []
  6. Nodier (Charles), « Analyse et description du plus rare des Ana », dans Mélanges tirés d’une petite bibliothèque, ou Variétés littéraires et philosophiques, Paris, Crapelet, 1829, p. 40-56. []
  7. Lebédel (Claude), « François-Louis Jamet (1710-1778) dit Jamet le jeune : un érudit à la fois célèbre et méconnu », art. cit., p. 32-33. []
  8. Lebédel (Claude), « François-Louis Jamet (1710-1778) dit Jamet le jeune : un érudit à la fois célèbre et méconnu », art. cit., p. 35-43. []
  9. Nous avons également ajouté dans la liste près d’une vingtaine d’exemplaires ayant une autre localisation. []
  10. Il subsiste très peu d’exemplaires de cette édition et celui de Jamet est le seul conservé à la BnF, voir BP16. []
  11. BnF, Réserve des livres rares, RES P-R-57 (Contient l’« Apologie de Raymond de Sebonde », t. 2, p. 183-502). []
  12. Le « précieux bouquin » dont il est question est un exemplaire de l’édition milanaise de 1517 de Viola animae de Pierre Dorland (BnF, Réserve des livres rares, RES-R-2666). []
  13. On peut citer en particulier : Paradin (Claude), Les devises heroiques, Anvers, Veuve de Joannes Steelsius, 1553 (BnF, RES P-Z-39) ; Maraffi (Damiano), Figure del Nuovo Testamento, Lyon, Jean de Tournes, 1554 (BnF, A-12695) ; pour le XVIIe siècle : Neugebauer (Salomon), Selectorum symbolorum heroicorum centuria gemina, Francfort, Lukas Jennis, 1619 (BnF, ZZ-3613) ; Baudoin (Jean),  Recueil d’emblemes divers, Paris, Jacques Villery, 1639 (BnF, ZZ-3602 ; extrait du tome 2), auxquels on peut ajouter un exemplaire de L’art des emblemes de Claude-François Ménestrier, Lyon, Benoît Coral, 1662 (BnF, RES-Z-2523), relié à la suite des emblèmes d’Alciat de 1536. []
  14. Jamet a mentionné sur son exemplaire que l’ouvrage est la suite du Théâtre du monde dans l’édition de Jean Didier à Lyon, avec la date de 1558, qui correspond cependant à la première édition parisienne. Nous n’avons pu identifier l’édition lyonnaise dont il est ici question. []
  15. BnF, Réserve des livres rares, RES-Z-3232 (4). Les extraits sont recopiés sur un feuillet précédant le texte imprimé. []
  16. La reliure est décrite par Fabienne Le Bars, « Les reliures de Henri III : essai de typologie », dans Henri III mécène des arts, des sciences et des lettres, éd. Isabelle de Conihout, Jean-François Maillard et Guy Poirier, Paris, PUPS, 2006, p. 242. []
  17. Jamet utilisa également ces sources comme « historien » puisqu’il explique qu’il « eut part avec son confrère M. Mercier, à la seconde edition » de L’esprit de la Ligue de Louis-Pierre Anquetil, parue en 1771, dans une note portée sur son exemplaire de l’Ordre des cérémonies qui s’observent avant & après la descente de la châsse de sainte Geneviève, et les prières que l’on récite, Paris, 1774, p. 23 (BnF, RES 8-LK7-7234). []
  18. Très grand admirateur de Voltaire, Jamet avait rassemblé en un volume qu’il intitula « L’Alpha et l’Omega de Voltaire » trois ouvrages dont le premier (BnF, RES-YE-2377) est un exemplaire de La Ligue, ou Henry-le-Grand (Amsterdam, 1724). []
  19. Publiée dans Suite de la clef ou Journal historique sur les matieres du tems, t. LXXXII, juillet 1757. L’exemplaire de Jamet est conservé sous la cote BnF, RES P-Z-1199 (11). []
  20. Les pratiques de lecture de Jamet, rapportées par Dreux du Radier, ont pu être influencées par celles de l’abbé Lebeuf, telles qu’elles sont présentées dans l’étude que lui a consacrée Xavier Bisaro, L’abbé Lebeuf, prêtre de l’histoire, Turnhout, Brepols, 2010 (chapitre « Lire », p. 29-34). []
  21. La sélection des textes est attribuée à Fontenelle. Voir à ce sujet : Emmanuel Buron, « La poésie du XVIe siècle dans le recueil Barbin », Pratiques et formes littéraires 16-18 : cahiers du GADGES, 16, 2019, p. 147-168. []

Auteur/autrice : Marguerite Sablonnière

Conservatrice à la Bibliothèque nationale de France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search