Les caractères de la Saône (ca. 1500) dans les collections de la BnF

Un échantillon des « caractères de la Saône  » conservés à la BnF. RES 4-Z DON-205 (61,2)

Un lot de vingt-et-un caractères typographiques datables de la fin du XVe ou du début du XVIe a été mis en vente publique au mois d’octobre 2021 à Lyon1.  L’événement est notable tant pour le secteur marchand que pour le secteur patrimonial, tant les objets techniques très anciens sont rares. Or ce lot assimilable à la période incunable est de même provenance lyonnaise qu’une collection de caractères primitifs aujourd’hui conservée à la Réserve des livres rares de la BnF. Cette collection a été inventoriée et analysée en détail dans les années 1950 et représente depuis un point d’appui essentiel pour les chercheurs travaillant sur les débuts de la typographie européenne. La collection a fait récemment l’objet d’une étude physico-chimique par les équipes du Pôle physico-chimie-Conservation préventive du laboratoire de la BnF, dans le but conjoint d’en connaître plus finement les matériaux constitutifs et d’en améliorer les conditions de conservation2. La mise aux enchères de l’année dernière nous donne ainsi une occasion de rassembler les données historiques disponibles sur les caractères lyonnais conservés à la BnF et de livrer les premières conclusions de l’analyse scientifique menée par son laboratoire.

Les caractères de la Saône

La découverte des caractères lyonnais remonte au XIXe siècle. L’histoire veut qu’un orpailleur obstiné filtrant les boues de la rive gauche de la Saône, dans le quartier de la Pescherie à Lyon, fît émerger vers 1868 un ensemble de caractères en grande partie datables de la fin du XVe ou du XVIe siècle. Or ce quartier avait été celui des orfèvres et avait accueilli les premiers ateliers typographiques de la cité dans les années 1470. La découverte était donc de première importance. Le libraire Anatole Claudin (1833-1906), grand spécialiste de l’imprimerie des premiers temps, a publié la première notice de ces caractères dits « primitifs lyonnais » en 18803, mettant en évidence leur singularité morphologique et les associant au premier typographe de la cité, Guillaume le Roy, actif de 1473 à 1493. Cette attribution est difficile à confirmer, tant l’usure et le caractère disparate de l’ensemble en rend le rapprochement avec des typographies répertoriées malaisé.

Fig. 1 – BnF, Rés. 4-Z DON-205 (61, 2), n°82 (pied-de-mouche)

Le lot comprend peu de capitales et aucun M majuscule, élément pivot d’une recherche de caractères. Il reste que la plupart des caractères portent des lettres gothiques rondes incluant des signes d’abréviation, de contraction ou de structuration (pied de mouche) caractéristiques de la graphie médiévale.

Fig. 2 – BnF, Rés. 4-Z DON-205 (61, 2), n°52 (capitale S)

La courbe sinueuse du S capitale4, perlé en son centre, est lisible malgré l’usure ; son tracé est assez courant dans les fontes répertoriées au XVe siècle pour la ville de Lyon5.

Après leur découverte, les caractères de la Saône ont été séparés en deux lots. Les deux ensembles ont été étudiés dans les années 1950 par l’éditeur-imprimeur lyonnais Maurice Audin (1895-1975), fils de l’imprimeur Marius Audin (1872-1951) et fondateur du musée de l’Imprimerie à Lyon en 1964. Maurice Audin est sans doute l’homme qui a le plus côtoyé ces caractères primitifs lyonnais, ému d’y déceler encore des dépôts de boue fluviale6. Il les a abordés en technicien et a établi des descriptions d’une grande précision, restées fondamentales.

Voici comment se répartissent aujourd’hui les caractères retrouvés au XIXe siècle dans les boues de la Saône :

  • Un lot de 21 caractères, passés par l’historien et collectionneur Eleuthère Brassart (1850-1920). Le fils de ce dernier, Gabriel Brassart, était en relation avec Maurice Audin et a permis que le lot soit présenté au cours d’une exposition organisée en 1948 par les Audin père et fils7. Maurice Audin l’a étudié dans un article publié dans le Gutenberg-Jahrbuch en 19548. C’est ce lot qui a été mis en vente en fin d’année dernière à Lyon.
  • Un ensemble de 222 caractères, passés par les mains des spécialistes français des imprimés du XVe siècle, Anatole Claudin, qui les exposa en 1880, puis Seymour de Ricci (1881-1942). Ce dernier a légué l’ensemble à la Bibliothèque Nationale, où il est conservé sous la cote RES 4-Z DON-205 (61,2). L’inventaire en a été dressé par Maurice Audin en 19559.

Singularités morphologiques des caractères typographiques du XVe siècle

Les sources permettant de reconstituer le processus d’impression au XVe siècle sont rares et dispersées. Le matériel typographique médiéval n’a pas survécu10. Aussi les spécialistes sont-ils contraints de raisonner à partir de ce que le temps a plus couramment épargné, à savoir le livre lui-même. À cette réserve près que le livre imprimé ne porte témoignage que d’une toute petite partie du caractère : la partie imprimante, nommée l’œil.

Fig. 3 – Exemple tiré d’un feuillet des Œuvres d’Alain Chartier, Paris, Pierre Le Caron, 5 IX 1489, in-fol., RES-YE-28 et 29 ; f. d4r (CIBN C-267 ; ISTC ic00425000 ; GW 6557).

Certains livres gardent pourtant de discrets stigmates d’accidents ayant eu lieu en cours d’impression. Un caractère pris au piège d’une encre trop adhérente pouvait se soulever au moment de l’encrage et se coucher sur la forme. Si l’incident n’était pas décelé à temps par le pressier, le caractère délogé laissait sur le papier l’empreinte de l’une de ses faces latérales, de la tête au pied.

Les spécialistes de la typographie ancienne accordent la plus grande attention à ces vestiges qui dévoilent la morphologie des caractères du XVe siècle. Dans les cas les plus favorables, les empreintes, révélées en taille réelle, donnent en effet accès à des données techniques mesurables, localisables et datables.

Fig. 4 – Un caractère moderne : Dictionnaire encyclopédique du livre, article « Caractère ». Voir en particulier le pied plat et le cran, qui permet de reconnaître au toucher le sens d’usage du caractère.

La morphologie des caractères lyonnais est inattendue au regard de la norme de l’époque moderne, qui suppose un pied droit, propre à assurer la stabilité du type en position verticale, et la présence d’un cran grâce auquel les typographes reconnaissent au toucher le sens d’utilisation du caractère. La présence de ce cran est attestée dès le XVIe siècle. Or les pieds des caractères lyonnais sont très majoritairement taillés en biseau, tant dans le lot Brassart

Fig. 5 – Morphologie des caractères de la Saône d’après M. Audin, Les types lyonnais primitifs conservés au département des imprimés, Paris, BN, 1955.

que dans le lot aujourd’hui conservé à la BnF, ce qui fait figure « d’anomalie presque générale », selon le mot de Maurice Audin11. Un nombre significatif de caractères lyonnais est en outre percé d’un trou ou d’une fente, selon un positionnement qui semble peu régulier.

Les empreintes retrouvées dans les livres imprimés dans la seconde moitié du XVe siècle, surtout lorsque le caractère soulevé n’a pas été brisé dans l’opération, révèlent de manière récurrente le même type de modification de la structure parallélépipédique que celles observées sur les caractères recueillis dans les boues de la Saône : pied en biseau, percement12.

Fig. 6 – Vue de la face latérale (droite) d’un caractère de la Saône : BnF, RES 4-Z DON-205 (61,2), n° 2.

Les constats réalisés sur la morphologie particulière des caractères lyonnais rejoignent donc les observations faites à la lecture des empreintes du XVe siècle. La collection de la BnF, quoique difficilement datable, serait ainsi antérieure à une certaine forme de normalisation du procédé typographique ayant eu lieu à l’époque moderne ; la fin du XVe siècle ou le début du XVIe siècle peuvent être retenus.

Analyse morphologique de la collection de caractères lyonnais de la BnF

La typographie était une solution, logique peut-être, mais non pas mécanique, du problème du Livre ; elle força à tel point les possibilités techniques de cette époque que des difficultés majeures se firent jour : fondre correctement d’aussi petits prismes de métal se révéla une entreprise hasardeuse ; ainsi, les assemblages successifs de tels prismes s’avérèrent difficiles ; le maintien en blocs rigides de ces assemblages précaires exigea des essais multiples et divers, ainsi qu’une évolution forcée des procédés, dont nous ne soupçonnons pas l’importance.

Maurice Audin, « Types du XVe siècle », Gutenberg-Jahrbuch, 1954, p. 94

L’inventaire des caractères lyonnais aujourd’hui conservés à la BnF a été publié par Maurice Audin en 1955. Ce dernier les a classés en utilisant l’analyse morphologique comme critère principal et les mesures de la hauteur en papier et de la force de corps comme critères secondaires. Maurice Audin a dénombré 205 caractères dotés d’un biseau de pied mais pas du cran « classique ». Ce groupe constitue sa « première catégorie », la plus nombreuse et la plus ancienne. Ses mesures, d’une très grande précision, lui ont permis de sérier les caractères de la Saône en vingt-huit polices, toutes incomplètes de leur alphabet. À ces vingt-huit séries s’ajoutent une trentaine de types isolés. Audin, en technicien, n’a usé de l’image de la lettre qu’en dernier recours, le tracé des lettres lyonnaises ayant été dénaturé, écrasé par l’usage et rongé par des agents extérieurs13.

Fig. 7 – Caractères de la Saône relevant de la première catégorie définie par M. Audin, répertoriés, classés et publiés en taille réelle dans M. Audin, Les types lyonnais primitifs conservés au département des imprimés, Paris, BN, 1955.

Maurice Audin a classé les dix-sept caractères restants dans une deuxième catégorie, définie par la présence d’un pied en arc et d’un cran, les signalant comme postérieurs à ceux de la première catégorie. Il n’en sera pas question ici.

Maurice Audin a donc mesuré et analysé les caractères lyonnais, et les a comparés aux empreintes alors recensées. Leur caractère rudimentaire et irrégulier lui est apparu comme propre à générer des difficultés de mise en œuvre non négligeables et il a cherché à comprendre comment des objets mal équilibrés, qui plus est rendus instables par l’existence d’un pied en biseau, avaient pu être solidarisés de manière satisfaisante en vue d’une impression. Sans prétendre résoudre les difficultés d’interprétation des anomalies de structure des caractères lyonnais, ni livrer une solution unique au problème de l’impression des textes, il a livré plusieurs hypothèses dans ses articles de 1954 et 1955. En résumant sommairement, on peut signaler qu’il a exploré deux modes opératoires inverses.

      • Les caractères biseautés auraient pu être utilisés de la manière habituelle à l’époque moderne, œil de la lettre visible du typographe, en calant les biseaux sur des glissières en bois crantées ; ce procédé aurait eu notamment pour avantage de favoriser la verticalité des caractères. Un autre moyen d’assurer une bonne tenue de la composition aurait été d’enfoncer les pieds les caractères dans une substance à base de résine liquéfiable par léger chauffage.
      • La composition aurait néanmoins également pu être, selon lui, orchestrée à l’inverse de l’habitude moderne, en composant le texte à l’envers, œil en bas et talon en haut. Audin avait en effet remarqué que le talon des caractères lyonnais est toujours placé du côté du pied de la lettre, tant dans le lot Brassart que dans le lot de la BnF, ce qui permettait au typographe travaillant « à l’envers » de vérifier facilement que les caractères avaient été placés dans le bon sens d’utilisation. L’impression aurait alors pu être produite au moyen d’un matériel réduit, sans presse et par martelage, y compris dans des conditions itinérantes.

Dans les années 1970, Sem Hartz a estimé que les caractères lyonnais, trop imparfaits, étaient défectueux et avaient dû s’avérer inutilisables pour l’impression. Ils auraient été employés plutôt comme cadrats, longitudinalement. Sem Hartz s’est ainsi opportunément interrogé sur la raison pour laquelle ces caractères ont fini par atterrir dans le limon de la rivière, mais en fermant toute possibilité de débat sur la présence de biseaux et de percements intentionnels, en tout cas dans le cadre d’une utilisation « normale »14. Or Claire Bolton, qui a une longue expérience de l’emploi de la presse à bras, a récemment répondu par la pratique à une question obsédante : l’existence d’un biseau de pied rend-elle la composition instable au moment du passage en presse ? Elle a fait en personne l’expérience de tailler les pieds de caractères en biseau et de les utiliser sous une presse manuelle, et n’a pas rencontré de difficulté particulière15. Claire Bolton a publié en 2021 un catalogue de 60 empreintes de caractères couchés recensées du XVe au début du XVIIe siècle, grâce auquel elle a défini une géographie des biseaux, remarquant que ceux-ci sont observables sur des empreintes de caractères tombés sous des presses localisées en Italie et en France16, et non en Allemagne ni en Europe du Nord.

16 % des caractères dragués dans la Saône et aujourd’hui conservés à la BnF sont percés de trous ou de fentes – pas tous, donc, y compris à l’intérieur d’une série identifiée par Audin comme composant une même police. Or une proportion significative (un quart) des caractères déplacés recensés par Claire Bolton est également percée. La pratique était donc récurrente, mais pas systématique et n’a pas survécu aux premières décennies de la typographie européenne.

Maurice Audin avait suggéré que les trous, forés après la fonte d’après les traces d’outil, auraient pu servir à la ligature des lettres imprimées en rouge, facilitant leur repérage, leur extraction et leur encrage. L’idée d’une ligature des caractères au moyen d’un percement volontaire a été relancée depuis par James Mosley, qui fit ainsi la jonction entre les constats de Paul Needham sur le Catholicon de Mayence17  et l’analyse des caractères de la Saône. Cette édition fut imprimée dans des conditions difficiles à élucider et qui ont donné lieu à une vive controverse scientifique. Il existe en effet trois groupes d’exemplaires du Catholicon de Mayence, imprimés sur des presses et des stocks de papier différents, datables de 1460 à 1472. Paul Needham a montré que les erreurs, accidents et corrections concernent toujours deux lignes à la fois et a avancé l’hypothèse que l’impression avait été réalisée au moyen de blocs imprimants correspondant à deux lignes de texte, conservés et réutilisés en trois émissions successives, selon une technique qui serait une préfiguration de la stéréotypie18. James Mosley, à l’invitation de Lotte Hellinga, s’est penché sur la question et a proposé une hypothèse qui donne du sens au percement observé sur les caractères anciens, dont il ne pouvait imaginer qu’il ait été fortuit. Il a suggéré que les caractères mobiles du Catholicon de Mayence avaient été ligaturés par blocs de deux lignes, solidarisés pour une durée indéfinie et rendus transportables afin d’être employés dans trois ateliers différents19. Plus récemment, Olivier Deloignon a signalé qu’un caractère gothique retrouvé au château de l’Ortenbourg en Alsace dans une couche stratigraphique antérieure à 1480, comporte un percement désaxé20, de même que les caractères couchés révélés par le double accident typographique subi par l’exemplaire des Concordantiae Bibliorum de Konrad von Halberstadt, imprimé à Strasbourg avant 1474 et toujours conservé dans cette ville, à la Médiathèque André Malraux21. En confrontant ces deux témoins, le caractère conservé et la double empreinte strasbourgeoise, Olivier Deloignon a défini la ligature comme une pratique destinée à compenser les difficultés de mise en œuvre inhérentes à l’irrégularité des caractères très anciens. Les reconstitutions et mesures exceptionnellement précises qu’il a réalisées révèlent que les caractères ne sont pas des parallélépipèdes parfaitement réguliers. Leur imperfection structurelle rend plausible la nécessité de les solidariser, au moins temporairement, pour lutter contre la précarité de l’assemblage en y apportant quelque rigidité, sans que l’on puisse définir de quelle manière le lien était effectivement employé ni s’il servait au-delà du travail de composition, encore moins si cette pratique était standardisée d’une officine à l’autre.

Analyse physico-chimique de la collection de la BnF

Le laboratoire de la BnF a livré en 2020 les résultats d’une analyse destinée à dresser un état des dégradations observées sur les caractères de la Saône, afin d’y adapter les mesures de conservation préventive. Les lignes qui suivent sont directement issues du rapport rédigé à l’issue des travaux de Nathalie Buisson, Simona Drago et Lucy Cooper, membres du Pôle physico-chimie-Conservation préventive du laboratoire de la BnF22. L’analyse a été menée en deux temps : une analyse visuelle portant sur l’ensemble de la collection ; puis une analyse physico-chimique réservée à un échantillon. En premier lieu, les caractères ont tous été observés au microscope numérique Hirox. Cette analyse visuelle a permis de définir huit types d’oxydations, décrites en fonction de leur apparence (tâches de surface, points, croûte ; couleur). Les caractères ont été classés selon ces huit types de dégradations. Chaque caractère a ensuite été photographié avec un grossissement par 60 et encodé en valeurs colorimétriques RGB (rouge, vert, bleu). L’analyse statistique réalisée sur la base de la couleur n’a pas permis d’affiner davantage les huit groupes issus de l’analyse visuelle, qui sont donc restés la base de référence de l’échantillonnage. Puis, pour chacun de ces huit groupes, un échantillon de deux à quatre caractères a été analysé par spectrométrie fluorescence de rayons X (XRF), une technique non destructive permettant d’identifier de manière quantitative les éléments constitutifs de l’objet étudié. Vingt-trois caractères, représentant 13 % de la collection, ont ainsi été analysés, tous relevant de la première catégorie de Audin, définie par la singularité morphologique caractéristique des caractères très anciens : présence d’un pied en biseau, absence de cran. Ils relèvent de dix-sept des polices distinguées par Audin dans l’inventaire de 1955 ; onze caractères appartiennent à des séries et six sont définis comme des caractères isolés.

Fig. 8 – Photos réalisées au microscope numérique Hirox (caractère 1bis) à x 20 (A) et x 60 (B), tâche de surface sombre

L’analyse XRF a permis de retrouver sur ces vingt-trois objets les composants typiques de l’alliage des caractères typographiques, à savoir le plomb (Pb), l’antimoine (Sb) et l’étain (Sn), dans des proportions sensiblement variables d’une pièce à l’autre. Le plomb est le principal composant des caractères lyonnais, dans des proportions qui varient de moins de 40 % à plus de 80 % (valeur médiane : 71,4 %), et ce y compris à l’intérieur d’une police identifiée comme telle par Audin. La police A, la plus fournie de l’inventaire de 1955 et représentée par 5 caractères dans l’échantillon, livre ainsi des teneurs en plomb allant de 45 % à 79,2 % (valeur médiane : 73,5 %).

Le plomb est suivi par l’étain pour la majorité des caractères (valeur médiane : 12 %). L’étain a pour propriété d’augmenter la dureté et la résistance de l’alliage, de lui donner de bonnes qualités de mouillage et d’inhiber la corrosion du plomb. L’antimoine a été ajouté pour augmenter la dureté et réduire le point de fusion de l’alliage (valeur médiane : 8,1 %) ; il présente néanmoins l’inconvénient de favoriser la corrosion. Le cuivre (Cu) et le fer (Fe) ont souvent été détectés à l’état de trace (valeurs médianes respectives : 3,3 % et 3 %). Le cuivre a pu être ajouté pour renforcer l’alliage. En revanche, la présence de fer est principalement résiduelle et sans doute liée au processus de production de l’antimoine, et, dans le cas présent, au séjour des caractères dans le lit de la Saône. Les deux tiers des caractères contiennent enfin de faibles traces d’argent (Ag), ce qui reste difficile à expliquer (max. 0,8 %).

Fig. 9 – Exemple d’un spectre de fluorescence de rayons X pour un des caractères typographiques;

À ce stade de l’étude, il n’a pas été permis de détecter une relation de dépendance entre la composition physico-chimique et le type de dégradation observée : la composition chimique n’est liée ni au type ni au niveau de corrosion. En particulier, un pourcentage plus élevé de plomb, élément pourtant le plus sensible à la corrosion, ne semble pas avoir eu de conséquences particulièrement néfastes sur l’état de conservation des caractères. Les limites de cette première étude sont de deux ordres : l’échantillon analysé par fluorescence XRF ne représente que 13 % de la collection, et la technique ne permet d’analyser que les éléments de surface, ici altérés par le séjour dans l’eau.

En guise de conclusion

Les sources susceptibles de renseigner le processus d’impression au XVe siècle sont éparses et supposent de confronter de rares éléments matériels, caractères conservés et traces incidentes, à de non moins rares sources écrites23. La collection des caractères typographiques lyonnais est par conséquent un point d’appui essentiel de la connaissance de la technique typographique vers 1500. Il est important de constater que l’observation des particularités morphologiques des caractères de la Saône n’entre pas en contradiction avec les relevés réalisés sur les empreintes actuellement connues de caractères couchés au XVe siècle, en cours d’impression.

L’analyse de ces différents matériaux historiques et archéologiques livre des indications suffisamment concordantes pour supposer que les caractères primitifs présentaient une morphologie sensiblement différente de celle des caractères modernes, mais insuffisamment convergentes pour supposer que le processus typographique avait été intégralement normalisé dès l’époque incunable. Maurice Audin admettait en son temps l’existence de « trucs de métiers » qui n’auraient pas été transmis24, , avouant ainsi assez élégamment combien les pratiques des premiers typographes nous sont étrangères, non dans le principe général mais dans le détail des actions consécutives. Le constat demeure pertinent. Il est probable qu’au cours des premières décennies de développement de la typographie, chaque atelier a ajusté l’utilisation des éléments-clés de la typographie européenne (la presse, les caractères métalliques) à son usage particulier, laissant une grande part à l’expérimentation25.

Abstract. – A set of twenty-one typographical characters dating from the end of the fifteenth or beginning of the sixteenth century was auctioned in October 2021 in Lyon. This is a significant event for both the trade and the heritage sectors, as very old technical objects are rare. This lot, which can be assimilated to the incunabula period, comes from the same Lyon provenance as a collection of early characters now preserved in the BnF’s Reserve des livres rares. This collection was inventoried and analysed in detail in the 1950s and has since been an essential resource for researchers working on early European typography. The collection has recently been the subject of a physico-chemical study by the teams of the Pôle physico-chimie-Conservation préventive of the BnF laboratory, with the joint aim of gaining a more detailed knowledge of its constituent materials and improving its conservation conditions. Last year’s auction thus gives us an opportunity to gather the historical data available on the Lyon characters preserved at the BnF and to deliver the first conclusions of the scientific analysis conducted by its laboratory.



Citer ce billet
Nathalie Coilly (2022, 3 octobre). Les caractères de la Saône (ca. 1500) dans les collections de la BnF. Vogue la galée. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qphp

  1. Vente De Baecque, Lyon, 14 octobre 2021, n°1. []
  2. Nous remercions Nathalie Buisson, Simona Drago et Lucy Cooper de nous permettre de rendre compte ici du résultat de leurs analyses, dont le rapport complet est archivé en documentation interne et consultable sur demande []
  3. « Histoire de la typographie française par les livres depuis l’origine jusqu’à la fin du XVIIIe siècle », Cercle de la librairie, Première exposition, Paris, Cercle de la librairie, 1880, n°73. []
  4. BnF, RES 4-Z DON-205 (61, 2), n°52. []
  5. Recherche réalisée en ligne dans le Typenrepertorium der Wiegendrucke, en appliquant les filtres de typographie (gothique rotunda) et de ville (Lyon) https://tw.staatsbibliothek-berlin.de/ []
  6. Maurice Audin, Les types lyonnais primitifs conservés au département des imprimés, Paris, BN, 1955, p. 10. []
  7. Voir le catalogue de cette exposition : À propos du livre lyonnais, Lyon, Marius Audin, 1948. []
  8. Maurice Audin, « Types du XVe siècle », Gutenberg-Jahrbuch, 1954, p. 84-100. []
  9. Maurice Audin, Les types lyonnais primitifs conservés au département des imprimés, Paris, BN, 1955. []
  10. James Mosley, « The material of typefounding : a list of surviving collections »,  Printing History : The Journal of the American Printing History Association, n. s. 4, 2008, p. 3-37. []
  11. Maurice Audin, Les types lyonnais primitifs conservés au département des imprimés, op. cit., p. 11. []
  12. Claire Bolton, « Fallen type : a catalogue », Journal of the Printing Historical Society, 3rd series, n°2, 2021, p. 29-68. Sur la bibliographie des caractères couchés, voir Neil Harris, « A Mysterious UFO in the Venetian Dama Rovenza [c. 1482] », Gutenberg-Jahrbuch, 2003, p. 22-30, Neil Harris, « Un caractère tombé sur la Bible d’Estienne », Guide déraisonné des collections du Musée de l’imprimerie et de la communication graphique, Lyon, EMCC, 2014, p. 12-15 et Dominique Varry, « UFOs-OVNI, Unidentified Fallen Objects – Objets non identifiés tombés sur la forme », billet publié sur les pages personnelles de l’auteur : http://dominique-varry.enssib.fr/, 2014 []
  13. Maurice Audin, Les types lyonnais primitifs conservés au département des imprimés, op. cit., p. 13. []
  14. Sem L. Hartz, « Notes on the Types lyonnais primitifs », Quaerendo, IV, 4, octobre 1974, p. 285-290 ; Les trois révolutions du livre, exposition CNAM, 2002, n°45 (notice d’Alan Marshall). []
  15. Claire Bolton, « Fallen type : a catalogue », op. cit., p. 38. []
  16. Les deux empreintes avec pied en biseau les plus tardives sont françaises et datent du XVIe siècle, voir Claire Bolton, « Fallen type : a catalogue », op. cit. p. 37 et FT54 et 56. []
  17. CIBN B-13, ISTC ib00020000 , GW 3182. []
  18. La controverse ayant été vive, la bibliographie est fournie, citons par exemple : Paul Needham, « Johann Gutenberg and the Catholicon Press », The Papers of the Bibliographical Society of America, 1982, no 76/4, p. 395-456. L’hypothèse posée dans cet article est réfutée par Lotte Hellinga dans « Analytical bibliography and the study of early printed books with a case-study of the Mainz Catholicon », Gutenberg Jahrbuch, 1989, p. 47-86 ; « Das Mainzer ‘Catholicon’ und Gutenbergs Nachlass. Neudatierung und Auswirkungen », Archiv für Geschichte des Buchwesens, n° 40, 1993, p. 395-416. []
  19. James Mosley, « The enigma of the early Lyonnaise printing types », Lumitype-photon [actes de colloque, Lyon, Musée de l’imprimerie et de la banque, 1994], Lyon, Ville de Lyon, Musée de l’imprimerie et de la banque, 1995, p. 13-28. []
  20. Ce caractère est conservé à la Bibliothèque des Dominicains de Colmar. []
  21. Olivier Deloignon, « Un double accident typographique dans la Concordantiae Bibliorum de Konrad von Halberstadt, Strasbourg, avant 1474 », Gutenberg-Jahrbuch, 2016, p. 81-92. []
  22. Rapport interne du laboratoire de la BnF daté du 29 avril 2020. []
  23. Claire Bolton, « Fallen type letters », 2015, [p. 4]. Disponible sur le site du projet 15cBooktrade de l’université d’Oxford : http://15cbooktrade.ox.ac.uk/wp-content/uploads/sites/4/2015/05/Bolton_Fallen-type_.pdf []
  24. Maurice Audin, « A propos des premières techniques typographiques », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, tome XVIII, 2, 1956, p. 159-170. []
  25. Olivier Deloignon, « Un double accident typographique… », art. cit., p. 92. []

Auteur/autrice : Nathalie Coilly

BnF, Réserve des livres rares Conservatrice chargée des imprimés du XVe siècle

Une réflexion sur « Les caractères de la Saône (ca. 1500) dans les collections de la BnF »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search